IMA4 2018/2019 P30

De Wiki de Projets IMA


Présentation générale

Description

L'intitulé de mon projet est "Système minimal de gestion de conteneurs", il consiste à réaliser une solution logicielle permettant de créer, détruire, configurer et lister des conteneurs.

Un conteneur Linux est un ensemble de processus qui sont isolés du reste du système. Un conteneur s'exécute à partir d'une image distincte qui fournit tous les fichiers nécessaires à la prise en charge des processus qu'il contient :

  • Les caractéristiques systèmes : taille mémoire maximale, nombre de CPUs utilisés, débit disque maximal etc.
  • Une configuration réseau : liste de commutateurs virtuels de rattachement avec leurs adresses.

En fournissant une image qui contient toutes les dépendances d'une application, le conteneur assure donc la portabilité de l'application entre les divers environnements (développement, test puis production) ainsi que la scalabilité.

Les conteneurs sont une solution au problème de la façon dont les logiciels peuvent fonctionner de manière fiable lorsqu'ils sont déplacés d'un environnement informatique à l'autre. Cela pourrait être du portable du développeur à un environnement de test, d'un environnement de test à la production, et peut-être d'une machine physique dans un centre de données à une machine virtuelle dans un cloud privé ou public.

Conteneur

Les avantages majeurs de l'utilisation des conteneurs sont :

  1. La taille : En effet un conteneur prend quelques dizaines de mégaoctets de taille, contrairement à une VM qui peut prendre plusieurs Gigabytes à cause de son système d'exploitation.Ce qui rend l'utilisation des conteneurs très populaire sur les serveurs qui peuvent en contenir plusieurs. Et dans le cloud où l'on paie ce qu'on consomme.
  2. Le temps : Une application conteneurisée peut être démarrée instantanément et quand il est nécessaire peut disparaître libérant des ressources sur son hôte tandis que les machines virtuelles peuvent prendre plusieurs minutes pour démarrer leurs systèmes d'exploitation et commencer à exécuter les applications qu'ils hébergent.

- La modularité : Plutôt que d'exécuter une application complexe entière dans un seul conteneur, l'application peut être divisée en modules (tels que la base de données, l'interface avant de l'application, etc.) Les applications créées de cette manière sont plus faciles à gérer car chaque module est relativement simple et des modifications peuvent être apportées aux modules sans avoir à reconstruire l'application entière. Étant donné que les conteneurs sont si légers, les modules individuels (ou micro services) ne peuvent être instanciés que lorsqu'ils sont nécessaires et sont disponibles presque immédiatement. Avec une telle architecture, on suit la philosophie UNIX du “KISS”

  • Les applications n’ont pas de dépendance système.
  • Les mises à jours sont déployables facilement.
  • La consommation de ressources est optimisés.

Les containers sont donc proches des machines virtuelles, mais présentent des avantages importants. Alors que la virtualisation consiste à exécuter de nombreux systèmes d’exploitation sur un seul et même système, les conteneurs se partagent le même noyau de système d’exploitation et isolent les processus de l’application du reste du système.

Plutôt que de virtualiser le hardware comme l’hyperviseur, le conteneur virtualise le système d’exploitation. Il est donc nettement plus efficient qu’un hyperviseur en termes de consommation des ressources système.

Concrètement, il est possible d’exécuter près de 4 à 6 fois plus d’instances d’applications avec un conteneur qu’avec des machines virtuelles comme Xen ou KVM sur le même hardware.

VM
Conteneur

Objectifs

Ce projet peut se découper en cinq grandes parties :


  1. Commencer par faire un état de l'art afin de me forger des connaissances solides sur les conteneurs et leurs orchestration.
  2. Créer, configurer et supprimer des conteneurs "à la main".
  3. Créer un programme shell (qu'on lance dans le contexte d'un conteneur) qui permet d'automatiser la gestion des conteneurs, pour :
    • Lancer une instance.
    • Lister les instances en cours d'exécution (identifiant, nom de l'image d'origine, temps d'exécution) tout en mettant à jour le fichier des instances (s'il le faut).
    • Arrêter une instance, détruire ses ressources réseau tout en conservant son image disque dans un état stable ainsi que ses caractéristiques.
    • Suppression d'une instance avec la destruction de son image disque et ses caractéristiques.
  1. Stocker les informations sur les conteneurs qui tournent dans un fichier texte, paramétrer finement la configuration réseau.
  2. Mettre en place une application de test : une architecture de ferme de serveurs Web privée avec un accès par mandataire inverse. Les serveurs Web et le mandataire inverse seront des conteneurs.

Analyse du projet

Positionnement par rapport à l'existant

Lorsqu'on parle aujourd'hui de gestion de conteneurs on parle systématiquement de la solution Docker. Mon automatisation de cette gestion ne pourra bien évidemment jamais concurrencer Docker. Le but ici, est de réussir à reproduire un système de gestion minimal ressemblant à Docker en plus simple et de parvenir à le maîtriser.

Analyse du premier concurrent

Docker Enterprise Edition est sans doute la solution de gestion de conteneurs commerciale la plus connue. Il fournit une plate-forme intégrée, testée et certifiée pour les applications exécutées sur les systèmes d'exploitation Linux ou Windows et les fournisseurs de cloud. L’écosystème de Docker est riche et complet, cela va de la gestion de conteneurs, à l’orchestration (Docker Swarm ou son concurrent Google Kubernetes) tout en passant par la gestion du réseau, de l’intégration du cloud avec Docker machine, des application multi conteneurs avec Docker Compose.

Aujourd’hui, selon les créateurs de Docker, plus de 3,5 millions d’applications ont été containérisées en utilisant cette technologie, et plus de 37 milliards d’applications containérisées ont été téléchargées.

De même, d’après le système de monitoring cloud DataDog, 18,8% des utilisateurs avaient adopté la plateforme en 2017. De son côté, RightScale estime que l’adoption de la plateforme dans l’industrie du Cloud a augmenté de 35% en 2017 à 49% en 2018. Des géants comme Oracle et Microsoft l’ont adopté, au même titre que presque toutes les entreprises du Cloud.

Analyse du second concurrent

Rocket (rkt) est un outil édité par CoreOS et est le concurrent de Docker. c'est un moteur de conteneur d'application développé pour les environnements de production modernes basés sur le cloud. Il présente une approche pod-native, un environnement d’exécution enfichable et une surface bien définie qui le rend idéal pour une intégration avec d’autres systèmes.

L'unité d'exécution principale de rkt est le "pod": un ensemble d'une ou plusieurs applications s'exécutant dans un contexte partagé (les pods de rkt sont synonymes du concept du système d'orchestration Kubernetes). Rkt permet aux utilisateurs d'appliquer différentes configurations (telles que les paramètres d'isolation) au niveau du pod et au niveau plus granulaire par application. L’architecture de rkt signifie que chaque pod s’exécute directement dans le modèle de processus Unix classique (c’est-à-dire qu’il n’ya pas de démon central), dans un environnement isolé et autonome. rkt implémente un format de conteneur standard moderne et ouvert, la spécification App Container (appc), mais peut également exécuter d'autres images de conteneur, telles que celles créées avec Docker.

Depuis son introduction par CoreOS en décembre 2014, le projet rkt a considérablement mûri et est largement utilisé. Il est disponible pour la plupart des principales distributions Linux et chaque version de rkt construit des packages rpm / deb autonomes que les utilisateurs peuvent installer. Ces packages sont également disponibles dans le référentiel Kubernetes pour permettre de tester l'intégration rkt + Kubernetes. rkt joue également un rôle central dans la manière dont Google Container Image et CoreOS Container Linux exécutent Kubernetes. Les éditeurs se concentrent sur la sécurité (le plus gros point faible de Docker), la compatibilité et une intégration aux standards. Le but étant de fournir les mêmes fonctionnalités que docker et être complémentaires.

Docker comparé à Rkt

  1. Sécurité de l'image du conteneur :

L’un des avantages de Docker est qu’il existe un registre public à partir duquel tout le monde peut télécharger des images optimisées du serveur d’applications. Donc, si vous voulez un serveur Nginx optimisé pour une application Web Magento, vous en obtiendrez un du registre Docker. Cependant, il y a un danger caché à cela. Un attaquant peut remplacer une image de serveur par une autre infectée par un logiciel malveillant. Avant la version 1.8, Docker n’avait aucun moyen de vérifier l’authenticité d’une image de serveur. Mais dans la version 1.8, une nouvelle fonctionnalité appelée Docker Content Trust a été introduite pour signer et vérifier automatiquement la signature d'un éditeur. Dans rkt, la vérification de la signature est effectuée par défaut. Ainsi, dès qu'une image de serveur est téléchargée, elle est vérifiée avec la signature de l'éditeur pour voir si elle est falsifiée.

  1. Prévention des attaques d'élévation de privilèges «root»

Docker s'exécute avec les privilèges de super-utilisateur «root» et crée de nouveaux conteneurs en tant que sous-processus. Le problème avec cela est qu'une vulnérabilité dans un conteneur ou un confinement médiocre peut donner à un attaquant un accès de niveau racine au serveur entier. Rkt a proposé une meilleure solution: les nouveaux conteneurs ne sont jamais créés à partir d'un processus root. De cette manière, même si une rupture de conteneur se produit, l'attaquant ne peut pas obtenir les privilèges root.

  1. Flexibilité dans la publication ou le partage d'images

Lors du développement d'applications, il peut être nécessaire de partager des images de conteneur avec vos partenaires technologiques. Si vous souhaitez partager des conteneurs Docker, vous devez configurer un registre privé spécial sur vos serveurs ou l'héberger dans un compte payant Docker pour le partager avec vos partenaires. Pour rkt, vous n’avez besoin que de votre serveur Web. Rkt utilise le protocole HTTPS pour télécharger des images et utilise une méta-description sur le serveur Web pour pointer vers l'emplacement. C’est donc un serveur de moins à maintenir et plus facile à accéder pour les partenaires.

  1. Taille de la base de code

Docker ajoute toutes ses fonctionnalités à un seul fichier programme monolithique, ce qui signifie que le nombre de lignes de code ne cesse d’augmenter à chaque nouvelle version. Et voici un problème de sécurité. Une seule vulnérabilité dans l'une des milliers de lignes de code peut compromettre l'intégralité du programme et donner essentiellement un accès root à un attaquant. Au contraire, rkt utilise a une architecture modulaire dans laquelle les fonctionnalités sont développées sous forme de fichiers binaires indépendants par différents fournisseurs. Le code de base est maintenu aussi petit que possible afin de réduire la surface d'attaque. Cela garantit que même si un sous-composant tel que etcd est compromis, les dommages seraient limités à ceux auxquels ce programme peut accéder.

  1. Portabilité à d'autres systèmes de conteneurs

De nouveaux systèmes de conteneurs sortent tout le temps. Avec Docker, la migration vers une nouvelle technologie de conteneur peut poser problème, car elle utilise un format d’image propriétaire. En revanche, rkt utilise un format de conteneur open source appelé «appc». Ainsi, toute image de serveur créée à l'aide de rkt peut être facilement portée vers un autre système de conteneur à condition qu'elle suive le format ouvert «appc». En adhérant à un standard ouvert, rkt n’impose pas de verrouillage du fournisseur. Cela aide les propriétaires de système à migrer sans peine vers un autre système de conteneur mieux adapté à leurs besoins.

https://bobcares.com/blog/docker-vs-rkt-rocket/

Scénario d'usage du produit ou du concept envisagé

Toto est un développeur pas très à la mode, il ne connaît pas Docker! Il a de modestes connaissances en système et il essaye de développer une application. Il travaille sur un ordinateur portable ayant une configuration spécifique, avec des librairies et paquets spécifiques.

Les collègues développeurs de Toto travaillent sur des machines présentant des configurations légèrement différentes.

L'application que Toto développe repose sur cette configuration et dépend de librairies et de paquets avec une version particulière.

En parallèle, l'entreprise de Toto dispose d'environnements de test et de production qui ont leurs propres systèmes d’exploitation avec une version particulière ainsi que leurs propres paquets et librairies. Toto souhaite émuler ces environnements autant que possible localement, mais sans avoir à payer les coûts liés à la recréation des environnements de serveur. Comment faire pour que son application en développement puisse fonctionner dans ces environnements, passer l'assurance qualité et être déployée sans prise de tête, sans réécriture et sans correctifs ?

La réponse est simple : il lui suffit d'utiliser des conteneurs. Le conteneur qui accueille son application contient toutes les configurations et librairies nécessaires. Il peut ainsi le déplacer entre les environnements de développement, de test et de production, sans aucun effet secondaire. La crise est évitée,Toto pourra continuer à travailler et ne se fera pas licencié, il travaillera plus efficacement, apportera un gain de temps et d’argent à son entreprise et ne se cassera plus la tête à considérer le système présent sur les environnements de production et de tests. De plus, il utilisera le système de gestion de conteneurs que je lui réserve !

Les conteneurs Linux peuvent aussi être utilisés pour résoudre des problèmes liés à des situations qui nécessitent un haut niveau de portabilité, de configurabilité et d'isolation. Quelle que soit l'infrastructure (sur site, dans le cloud ou hybride), les conteneurs répondent à la demande.

Réponse à la question difficile

La question difficile qui m'a été posée était mes avantages par rapport à mon premier concurrent : Docker, c'est à dire pourquoi utiliserait-on un système léger de gestion de conteneurs plutôt que Docker.

Pour répondre à cette question, il faut comprendre comment Docker fonctionne : Docker est un logiciel modulaire qui comprend plusieurs couches. L'une de ses couches est le docker deamon (dockerd), le deamon est codé afin d'exposer une API REST. Ainsi, il est bind sur des sockets au sein de la machine.

L'autre inconvénient de Docker c'est qu'il va manipuler les Iptables (https://docs.docker.com/network/iptables/) afin de pouvoir gérer le réseau des conteneurs, cela peut venir perturber les configurations réseaux déjà présentes sur la machine. Mon système n'utilisera que les commutateurs logiciels (bridges linux) standards. Ainsi, il n'y aura aucune altération du routage des paquets au sein de la machine.

De plus je n'utiliserai pas de gestion sophistiquée des images à base de système de fichiers à couche. Avant de lancer un conteneur le système de fichiers (un fichier lui-même) est copié, et le conteneur est démarré sur cette copie.

Préparation du projet

Cahier des charges

Choix techniques : matériel et logiciel

Ce projet est purement informatique, il ne nécessite aucun matériel. Par contre au moment où je ferai l'infrastructure avec les conteneurs, j'aurai besoin d'un serveur ainsi qu'une machine virtuelle.

Liste des tâches à effectuer

- État de l’art de la conteneurisation.

- Créer, configurer et supprimer des conteneurs "à la main".

- Créer un script shell pour: Lancer une instance, lister les instances en cours d'exécution, les arrêter ou encore les supprimer.

- Stocker les informations des conteneurs.

- Paramétrer la configuration réseau.

- Mettre en place une application de tests avec des conteneurs (infrastructure ferme serveurs web avec accès par mandataire inverse).

Calendrier prévisionnel

Le projet étant à rendre au mois de Mai, prenant en compte une marge d'erreurs et d'améliorations éventuelles, le calendrier prévisionnel optimal que je me suis fixée se trouve sur le diagramme de Gantt suivant : Gantt prévisionnel.png

Réalisation du Projet

Feuille d'heures

Tâche Prélude Heures S1 Heures S2 Heures S3 Heures S4 Heures S5 Heures S6 Heures S7 Heures S8 Heures S9 Heures S10 Total
Analyse du projet 0


Prologue

Semaine 1

Semaine 2

Documents Rendus